Marcel Ostertag

L'avant-gardiste
Marcel Ostertag

En rouge lumineux et soie fluide, la top model Franziska Knuppe présente la collection printemps/été 2013 de Marcel Ostertag pendant la semaine de la mode Mercedes-Benz à Berlin.

Avec ses créations, Marcel Ostertag veut redonner confiance aux femmes. Et de la confiance en soi, le jeune designer munichois n’en manque pas notamment lorsqu'il apparaît perché sur de hauts talons pendant son propre défilé.

Marcel Ostertag est ce que l’on appelle un « self-made man ». Tête pensante et visage de la marque qui porte son nom, ce créateur de 33 ans incarne parfaitement cette dernière. Il fait partie des jeunes designers allemands qui ont le vent en poupe et ne peut déjà plus être considéré comme un débutant. Depuis ses débuts en 2006, il présente régulièrement sa collection pendant la semaine de la mode Mercedes-Benz à Berlin. Il y rencontre un grand succès.
Les fières amazones des villes aiment le caractère urbain de ses créations qui le raffinement de la haute couture sans s’inspirer du romantisme autrichien du sud de la Bavière (Ostertag a grandi à Berchtesgaden). Le créateur est quant à lui plutôt adepte du « glamour bling-bling munichois ». Il y vit, y travaille et y puise son inspiration. Ce qu’il aimerait, c’est rendre les femmes plus belles grâce à ses créations. Elles doivent se sentir bien dans ses vêtements. C’est sa devise et sa mission.

Avant qu’il se lance avec succès dans le monde de la mode, Ostertag avait une autre passion également liée à la scène : la danse classique. Malheureusement une opération au genou l’empêche de réaliser ce rêve et c’est après plusieurs années de doutes et d’hésitations qu’il entreprend des études de mode au sein de la célèbre école londonienne St. Martins, et retrouve l’indispensable discipline et ambition. Avec une note de 1,0 (20/20), il termine d’abord sa licence puis son master et expose ensuite son travail au « Lancôme Colour Award », au Victoria and Albert Museum de Londres ainsi que pendant la semaine de la mode à Pékin.

Une fois son master en poche et doté d’un grand savoir-faire il participe avant même d’avoir fini ses études à différents projets pour Paul Smith, Burberry et Dunhill puis rentre en Allemagne. Il finance sa première collection à l'aide d'un crédit et dès 2008, remporte le prix « Karstadt New Generation Award », séduit la presse, gagne 60 000 euros et dessine pour Karstadt une ligne exclusive présentée lors de la grande première d’Ostertag pendant la semaine de la mode Mercedes-Benz à Berlin, en 2009.

Chez Miele, les férus de mode avaient eux aussi remarqué la jeune star montante et démarré avec lui une collaboration prometteuse. Aussi en 2012, Ostertag présente sa collection en exclusivité et pour la troisième fois dans le cadre des « Miele Fashion Days » lors du salon international de la radiodiffusion IFA. Deux ans plus tôt, il avait déjà convainc en offrant une ébauche de rêve aux « vêtements Miele », une robe rouge à longue traine et une présentation annuelle du défilé de mode IFA.

Marcel Ostertag est toutefois resté fidèle à son amour de la danse classique. Un grand nombre de ses créations affichent une légèreté qui rappelle la grâce des danseurs sur scène. Des matières fluides, des lignes épurées, le souci des détails, voilà ce qui caractérise ses créations pour femmes inspirées notamment par les années 70 et 80.
S'ajoute à cela un mélange créatif de matières nouvelles et de fibres naturelles comme lors de sa collection automne/hiver 2012 qui remporte déjà un franc succès : des costumes dans des tons vert-marron coupés dans des étoffes irisées.

Pour la collection printemps/été 2013, Ostertag imagine surtout des robes de rêve rouges en soie brillante, faciles à porter et avec des découpes raffinées au niveau des épaules.

Mais c’est le styliste lui-même qui réserve la plus grosse surprise à son public lorsque devant tous les acteurs du monde de la mode présents ce jour-là, il ouvre son défilé sous les applaudissements vêtu d’une robe rouge, de talons hauts avec une barbe et une couronne de fleurs dans les cheveux. Chapeau !

www.marcelostertag.com

Texte : Kim Leclaire